Opérateurs de réseau de distribution et le scepticisme du public

Distribution Network Operators and Public SkepticismCe scepticisme public envers l'état de la fourniture d'électricité au Nigeria était devenu presque légendaire au fil des ans, que de l'insatisfaction »et les mots« l'inefficacité »supposé statut des noms sans équivoque allié avec de grandes compagnies d'électricité verticalement intégrés de ce pays (comme personnifié par la Power Holding Company du Nigeria ou PHCN et ses prédécesseurs).Cela est resté la bête noire de ce fournisseur d'électricité dont la puissance publique jusqu'en Novembre 1, 2013, quand un processus très important fait Privatisation de voie à la reprise physique de PHCN défunte par les sociétés de gestion privée successeur. Avec ce développement, les espoirs des Nigérians ont soulevées au sujet de l'amélioration de la performance dans la fourniture d'énergie électrique, basé sur la perception du public de renommée sur la performance impressionnante des entreprises du secteur privé typiques.

Pour certains Nigérians, il a été assez longtemps que ces sociétés remplaçantes ont repris, et les attentes du public d'être faibli en déception. Ceci est attisée par manque évident d'informations, principalement de la part des entreprises de distribution d'énergie électrique qui comprennent la partie la plus visible de la chaîne d'approvisionnement en électricité, et le plus proche des consommateurs pour dénigrement public susceptible.

Avec le marketing de distribution d'énergie électrique venant jouer à cet égard, cette pièce (le deuxième titre de la série sur le marketing de distribution d'énergie électrique) vise à combler certaines lacunes dans le domaine de l'éducation des consommateurs bien nécessaire, comme un moyen de stimuler l'indulgence du public envers les événements, pour raviver les attentes des gens sur ce que cette nouvelle offre de commande.

Il est bien connu que l'électricité est l'un des plus grands catalyseurs de la croissance économique et le développement d'une nation. Ceci est la raison pour laquelle des espoirs soulevés Nigérians sur l'alimentation électrique, avec la reprise de la production d'électricité et des actifs de distribution par des entreprises privées gérées. Aller par antécédence, il y avait la confiance témoignée la capacité de ces nouveaux propriétaires du secteur privé à venir avec beaucoup de meilleures performances.

Nigérians en effet attendre les nouveaux propriétaires à coup d'envoi par, au moins, le maintien de la capacité antérieure (pendant la majeure partie du dernier trimestre 2013) de 3,800 à 4,200 mégawatts (MW), des gens qui vraiment élevés espoirs sur l'amélioration de l'approvisionnement en électricité. Je me demande si ces attentes sont toujours suspendus « là-haut » ou précipitèrent, en raison de la chute régnant dans l'alimentation électrique. Il convient de garder à l'esprit que ces sociétés qui ont succédé à la défunte PHCN a simplement pris possession physique des installations Novembre dernier.

Ayant à l'esprit de l'inversion probable des grands espoirs du public, qui se profile clairement dans les quelques semaines passées, cette présentation vise à proférer des raisons de l'expérience actuelle, pour aider à éteindre le scepticisme du public, fournir des conseils sur les moyens comme secours à « nerfs edgy ». Avec les sociétés de distribution d'énergie électrique (que je préfère souvent marquer les opérateurs de réseaux de distribution ou IBD) étant le plus visible pour les consommateurs de la chaîne d'approvisionnement en électricité, défavorables commentaires du public et sont souvent entassées blâme sur eux - Même lorsque les défauts (de l'alimentation électrique médiocre) ne sont pas les leurs.

Les gens doivent se rendre compte que « le jeu a changé ». Les Nigérians devraient comprendre que la situation actuelle sur la fourniture d'électricité et de livraison ne sont plus ce qu'elle était avec la PHCN et ses prédécesseurs. Les DNO doivent mettre l'accent sur de nombreux consommateurs d'électricité que la déréglementation de ce pays (la privatisation qui a récemment conclu a provoqué) implique un processus de découplage ou briser monopole compagnie d'électricité intégrée verticale du Nigeria en trois composantes respectives, à savoir la production, transmission, et la distribution. Le processus a pour la réalisation de masse parmi les Nigérians, désormais, le doigt de blâme sur les pannes de courant ou de pannes n'a pas besoin d'être signalé aux entreprises de distribution. Ces opérations d'achat maintenant de l'électricité en vrac du marché de l'électricité, qu'ils vendent à des prix de détail aux utilisateurs finaux. en outre, les pannes ont des coûts qui sont sans avantages pour ces IBD.

Un quatrième composant, Vente au détail, va sûrement devenir une réalité avec la séparation plus poussée de ces présentes DNO dans un marché concurrentiel, dans quelques années le temps - Un titre plus tard dans cette série, « Le Nigeria et la fourniture d'énergie au détail » vivement ce qu'il capture attendre. Les Nigérians ne demandent qu'à un moment goudronneux, que leurs attentes en matière d'alimentation seront atteints en temps voulu.

Avec le « gogo problème », et le montage désenchantement à la consommation depuis la prise de contrôle par ces opérateurs du secteur privé, Les Nigérians devraient éviter de blâmer l'IBD (car ils comprennent la composante d'approvisionnement en électricité la plus exposée au public). Les consommateurs doivent comprendre que l'offre améliorée de puissance n'était pas venu comme « mettre l'interrupteur » (immédiatement), en accord avec leurs attentes que les retombées de la privatisation, en raison de plusieurs problèmes de démarrage qui est venu les moyens de ces successeurs entreprises, dont certains peuvent être détaillés comme suit:

– Pourriture dans ces systèmes, qui diligence raisonnable du processus de privatisation (pour aider à cerner les lacunes, et les zones d'investir dans) ne pas vraiment démêler. Cette situation est aggravée par pas beaucoup d'efforts concertés, de la part de GRD, à stimuler la compréhension du public de la situation.

– Une fente de dosage incroyable, pas abordé de quelque façon avant la prise de contrôle par les sociétés remplaçantes. Il est consigné que le Nigeria a un énorme, pas facile à remplir, fente de dosage de 2,7 millions, à combler pour les prestations de Dnos.

– Insuffisance de l'offre de gaz résultant dans le régime d'alimentation épileptique dans la plupart des régions du pays (aboutissant à la production d'énergie chute au-dessous de 1,600MW 2,500MW, selon la Nigerian National Petroleum Corporation ou NNPC). Cette situation même menace maintenant les 1,8 milliards $ les investissements attendus de ces nouveaux IBD, conformément aux termes du programme de privatisation. (À suivre)

Soyez le premier à commenter sur "Opérateurs de réseau de distribution et le scepticisme du public"

laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*